Natura Plantes®: "Chlorella"

Publié le par Béatrice Wallez

  • Nom: Chlorelle ou Chlorella Vulgaris:
  • Famille botanique: Clhorellaceae (micro-algue verte)
  • Parties utilisées: Algue entière

La Chlorella a été découverte en 1890 par le biologiste hollandais Beyerinck qui réalisa la première culture expérimentale d'algue. La richesse de ses nutriments (protéines, vitamines, minéraux, acides aminés, et chlorophylle) et sa capacité à se multiplier rapidement suscitèrent l'intérêt des scientifiques et des politiques. Pendant la première guerre mondiale, un microbiologiste allemand, Hardner Lindner, a mené une expérience visant à nourrir les troupes allemandes avec la Chlorelle. Au lendemain de la deuxième mondiale, les gouvernements des pays industrialisés considèrent que la Chlorelle pouvait être un "super-aliment" à haute valeur nutritive (400 kilocalories pour 100g pour la Chlorella vulgaris) pouvant éliminer la faim dans le monde. En 1948, le Stanford Research Institute (Etats-Unis) a démontré que la Chlorelle pouvait être cultivée et récoltée en grandes quantités.

La Chlorella lutte contre a constipation:

L'insuffisance en eau est en fibres est, dans la majorité des cas responsable des troubles du transit. La consommation de bons fruits et légumes riches ayant disparue, ceux de nos jours étant très pauvres en vitamines A, C, protéines, phosphore, calcium, fer, et autres minéraux ou oligo-éléments ont été divisés par 2, par 25, voire par 100 en un demi-siècle, ainsi que le raffinage des aliments conduisent à une alimentation appauvrie en fibres, ce qui ralentit le transit et peut entraîner des phénomènes de constipation. Grâce à sa teneur en fibres non assimilables, la Clhorella facilite le transit en accélérant le mouvement intestinal.

La Chlorella maintient le système digestif en bonne santé, elle est capable de multiplier le nombre de bonnes bactéries lactiques. Ces bonnes bactéries augmentent la digestion et l'absorption des nutriments dans le flux sanguin et combattent la production dans le tractus intestinal de pathogènes tels que Candida albicans. La Chlorella possède donc un potentiel probiotique en stimulant la croissance des bonnes bactéries, elle participe au maintien d'un intestin en bonne santé. La Chlorella stimulerait également les lymphocytes du tractus intestinal qui combattent les éléments étrangers tels que les bactéries anaérobies.

Selon deux études distinctes et récentes (2008 et 2009), la Chlorella exercerait aussi:

  1. Une action protectrice significative sur la barrière intestinale de la muqueuse en cas d'ictère occlusif et protègerait contre le stress oxydatif.
  2. Un effet bénéfique en cas de syndrome du côlon irritable en améliorant certains paramètres impliqués dans la maladie.

La Chlorella rééquibre le pH acido-basique:

Le pH de l'organisme se situe autour de 7,4 (un pH de 7 est dit "neutre", un pH en dessous de 7 est dit "acide" est un pH est dit "basique"). L'appauvrissement de notre alimentation et la baisse de qualité nutritionnelle des nutriments contribuent entre autres, à acidifier l'organisme. L'excès d'acidité crée un environnement idéal pour les pathogènes (bactéries, virus et champignons), et peut endommager les tissus. Le déséquilibre acido-basiques peut également entraîner des désordres digestifs et favoriser le développement de troubles associés tels que les douleurs articulaires, l'ostéoporose ou encore l'anxiété. Il est donc essentiel de maintenir le pH de l'organisme à sa valeur physiologique.

La Chlorella est source de minéraux et chlorophylle, qui vont aider l'organisme à neutraliser en douceur l'excès d'acidité. La chlorophylle est un pigment vert qui renferme du magnésium et présente une structure similaire à celle des globules rouges transporteur d'oxygène. Le magnésium étant fortement alcalin, on peut supposer que c'est ce dernier qui serait responsable du carastère basique de la chlorophylle.

Chlorella antioxydant & anti-âge:

Riche en antioxydant (comme la spiruline), la Chlorella diminue la production d'espèces réactives et augmente les processus antioxydants. Un étude Coréenne a démontré que chez les fumeurs, la prise de 6,3g de Chlorella Vulgaris pendant 6 semaines permet d'augmenter le taux plasmique de la vitamine C de 44,4% et celui de la vitamine E de 15,7% (deux vitamines antioxydantes). Les résultats ont également révélé que la consommation de Chlorella augmente l'activité des enzymes antioxydantes SOD (superoxyde dismutase) et catalase dans les globules rouges.

D'après une étude japonaise, la Chorella serait capable d'inhiber la formation d'Ages (Advanced Glycation End products), ensemble de molécules impliquées dans le vieillissement et le développement de pathologies comme l'athérosclérose, le diabète, la maladie d'Alzheimer ou encore certains cancers. De fait la Clhorella pourrait avoir un effet thérapeutique dans le traitement des personnes atteintes de maladies liées à l'âge.

La Chlorella pourrait également protéger la peau des dommages causés par les UVB en inhibant la production de substances nocives induites par ces derniers.

La Chorella l'allié détox:

La paroi cellulaire fibreuse de la Chlorella (sporopolléine) peut, par fixation, absorber les toxines (ex: dioxines), métaux lourds (plomb, cadmium..) et divers polluants, aidant notre organisme à les éliminer.

Les dioxines:

Les dioxines sont des polluants de l'environnement. Le mot "dioxine" sert à désigner aussi bien les polychlorodibenzodioxines (PCDD), les polychlorodibenzofuranes (PCDF) et certains polychlorobiphényles (PCB). La dioxine a été classée comme substance cancérigène par (L'OMS).

Les PCDD et les PCDF sont des polluants extrêmement persistants. Elles peuvent provenir des gaz d'échappement des voitures, de la combustion du bois, ou d'autres sources. Les dioxines s'accumulent dans l'environnement et le long des chaînes alimentaires. Une fois ingérées, elles se dissolvent dans les graisses de l'organisme. Chez la femme enceinte, elles se dissolvent au travers du placenta et dans le lait maternelle exposant le foetus. Dès 1999, une équipe de chercheurs japonais démontre que la Chlorella peut accélérer l'excrétion des toxines PCDD et PCDF. Ces résultats seront par la suite confirmés par deux études japonaises, en 2001 et 2005.

La consommation de Chlorella et plus particulièrement de sa chlorophylle inhibe l'absorption de dioxine présentes dans l'alimentation et protège contre leur accumulation dans l'organisme.

En 2005, Nakano et son équipe démontrent que la prise de Clhorella durant la grosse diminue de près de 30% le transfert des dioxines de la mère vers le foetus via le lait maternel.

En 2007, Nakano conduit une nouvelle étude qui non seulement confirme le rôle détoxinant de la Chlorella envers les dioxines, mais précise en plus que sa consommation augmente la protection immunitaire du bébé en augmentant les taux anticorps IgA présents dans le lait maternel.

Métaux lourds:

Qu'ils proviennent des amalgames dentaires (constitués à environ 50% de mercure, de la pollution, ou d'autres sources, les métaux lourds se stockent dans nos cellules et peuvent se transmettent au foetus via le placenta et le lait maternel.

Les métaux lourds ainsi accumulés peuvent être responsables de divers pathologies.

La Chlorella est unique pour absorber les métaux lourds:

Le stress oxydatif envahit notre organisme et les métaux lourd génèrent des pathologies souvent insidieuses, chroniques et dégénératives. De plus en plus de médecins et nutritionnistes recommandent la Chlorella car elle permet de faire la prévention santé tout en améliorant notre bien être général. Cette micro-algue est un complément alimentaire de bien-être et de santé qui aide à la prévention de certaines maladies.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article