Natura Plantes®: "Ortie Piquante"

Publié le par Béatrice Wallez

Ortie piquante:

  • Nom commun: Ortie piquante
  • Nom scientifique: Urtica dioïca L.
    img_feuille_fleur
  • Famille: Urticacées

L'ortie piquante: ce sont les poils de ses feuilles velues qui contiennent du formiate de sodium (un sel d’acide formique). Grace à la pointe de silice que l’on trouve à l’extrémité de ses feuilles, l’acide formique pénètre la peau des animaux ou celle des hommes provoquant ainsi l’irritation.

Ses constituants principaux sont:

  • Calcium,
  • Potassium de la silice,
  • Phytostérols et des coumarines.

Elle est également très riche en protéines, en vitamines C, B2, B5, B9, en chlorophylle et en magnésium. Elle est un excellent diurétique et favorise le bon fonctionnement d’organes comme le rein, la vessie. Elle peut être d’une aide précieuse en cas de miction difficile en agissant sur la prostate. Vu sa concentration en minéraux, c’est un excellent complément alimentaire.

C’est un astringent reconnu pour les petits saignements.

Elle peut être utilisée pour lutter contre les états inflammatoires générant des douleurs articulaires et tendineuses.

En cas de grosse fatigue, l’ortie va vous aider en apportant toutes ses protéines, ses minéraux et ses vitamines facilement bio-assimilables, libérant ainsi de l’énergie qui peut être alors utilisée ailleurs, favorisant d’autre fonctions prioritaires.

C’est une alcanisante et détoxifiante de choix, une partenaire idéale pour diminuer vos inflammations en bloquant les acides en excès et en stimulant les reins pour qu’ils éliminent les toxines plus facilement.

Tous ces effets cumulés vous aideront également en cas de stress passager ou prolongé.

Elle a une action sur les cheveux sur les ongles et peut aider à lutter contre les problèmes de peux acnéique.

Les 8 acides aminés essentiels au développement de l’organisme sont harmonieusement présents dans l’ortie qui ne compte pas moins de 18 acides aminés sur 20 possibles.

Elle est déconseillée en même temps qu’une prise d’immunosuppresseurs type cortisone.

img_feuillage

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article