Natura Plantes®: "Guarana"

Publié le par Béatrice Wallez

Guarana:

  • Noms Communs: Garana, oeil de la forêt
  • Nom scientifique: Fpaullinia Cupana
  • Famille: Sapinsacées (Sapindaceae)
    img_guarana

La plante est connue par les Européens depuis le XVIIIe siècle, découverte attribuée au médecin allemand Christian-François Paullini. Sa graine contient une forte concentration de caféine qui en fait la plante connue contenant le plus haut taux de caféine au monde. Elle est consommée pour ses propriétés stimulantes soit directement en graine séchée, soit en diluant dans de l’eau ou du jus de fruit. la poudre obtenue des graines décortiquées et moulues. Son goût est âpre, rappelant celui de la terre, mais sa saveur est très caractéristique. Le fruit de couleur rouge laisse apparaître, lorsqu'il est mûr, laisse apparaître une chair blanche ainsi que les graines.

Au Brésil le Guarana est cultivé dans les états de l'Amazonas (où il pousse à l'état sauvage), du Mato-Grosso et de Bahia. Dans l'Amazonas, près de la municipalité de Maués les Amérindiens de la nation Sateré-Mawé continuent de transmettre des légendes sur l’origine de la plante dont ils furent les premiers à découvrir les propriétés. Le guarana est une plante très appréciée en phytothérapie. Il est reconnu pour son effet stimulant, dû à la caféine et sans doute d’autres substances qui pourraient agir sur les facultés intellectuelles, notamment d’autres xanthines telles que la théobromine. Il améliore la concentration, la mémoire, le calcul mental. La graine contient beaucoup de caféine (plus de 4,5 g pour 100 g), mais aussi d’autres alcaloïdes comme la théophylline (0,4 g) et la théobromine (0,005g).
C’est donc un psychotrope stimulant, aussi utilisé en médecine traditionnelle chez les indigènes d’Amérique du Sud pour guérir de nombreux maux (tonique, anti-diarrhéique, antinévralgique). Il serait aussi bénéfique en complément de régimes amincissants. Il était employé en phytothérapie à l’époque précolombienne pour guérir de nombreux maux, par diverses tribus (Andira, Sateré-Mawé) de la branche Tupi-Gurani. Pour le consommer, les Amérindiens pilent les graines torréfiées et décortiquées avec un peu d’eau pour obtenir une pâte qui est ensuite malaxée et roulée pour former un bâton. Ce bâton est placé au-dessus d’un feu pendant plusieurs mois afin d’en assurer la conservation.

Il est ensuite râpé dans une calebasse avec une langue séchées de pirarucu (poisson géant du fleuve Amazone). On y ajoute de l’eau pour en faire le çapo, boisson traditionnelle des Sateré-Mawé. Certains attribuent des vertus aphrodisiaques au guarana, ses graines contenant des substances tonico-nervines qui agissent sur les centres nerveux encéphaliques, en provoquant une stimulation érogène.Pour obtenir un effet notable qui peut durer quelques heures, il faut généralement une dose d’au moins 60 mg de caféine.Selon l’Agence européenne des médicaments (EMA), le guarana est reconnu pour son usage traditionnel dans le traitement synd Youmptomatique de la fatigue et des sensations de faiblesse temporaire.

img_fruits
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article